mercredi, 14 avril 2010

Comment inclure une piste audio dans votre note ?

Lors de la rédaction d'une note sur votre blog, il est possible que vous vouliez insérer une piste audio. Nous vous conseillons de la télécharger et de la stocker dans l'espace conçu à cet effet, dans le back office de votre blog. Elle aura désormais une adresse "url".

 

I. Où est l'espace prévu dans le back office de votre blog ???

1/ Connectez vous à votre blog

1/ Cliquez sur « Tableau de bord »

2/ Cliquez sur « Fichiers »

3/ Choisissez "Files" ou "Media"


image1.JPG

 

Vous obtiendrez, dans un premier temps une page vierge, mais au fur et à mesure la bibliothèque de vos pistes se classeront pas ordre chronologiquement.


image2.JPG

 

4/ Cliquez sur parcourir et choisissez la piste audio que vous souhaitez, issue de votre ordinateur.

5/ Cliquez ensuite sur enregistrez. La piste sera ainsi stockée dans votre ordinateur et dans le back office de votre blog. Vous obtiendrez alors au fur et à mesure une page comme celle-ci:


image3.JPG

 

6/ Cliquez avec la touche droite de votre souris sur l'intitulé, cliquez sur « Ouvrir dans un nouvel onglet » et une nouvelle page web s'ouvrira comprenant votre piste audio. Comme toute page web, elle est identifiée grâce à son adresse « url », commençant par http://nomdevotreblog.org/nomdufichierquevousavezchoisi/n...

 

image4bis.JPG

7/ Ne Fermez pas cette page, elle vous servira par la suite !!! Maintenant que votre dossier est à l'abri dans le back office de votre blog, voici les étapes lorsque vous rédigez votre note et que vous souhaitez l'inclure.


II. Comment inclure votre piste audio dans votre note ?

1/ Ouvrez une nouvelle page web, retournez sur votre blog et rédigez votre note

2/ Au moment qui vous semble pertinent, sautez une ligne, puis cliquez sur l'onglet « html ». Une nouvelle page s'ouvre intitulée « Editeur de la source HTML », avec votre texte « codé ».


image5.JPG

 

3/ On ne panique pas ! Gardez cette page ouverte pour le moment

4/ Voici le code html qui vous permettra de traduire le support audio :

<?/*<object width="200" height="20" type="application/x-shockwave-flash" data="http://evenementssolidarite.solidairesdumonde.org/files/Audio/dewplayer.swf?son=http://evenementssolidarite.solidairesdumonde.org/files/Audio/kaplan1.mp3"><param value="http://evenementssolidarite.solidairesdumonde.org/files/Audio/dewplayer.swf?son=http://evenementssolidarite.solidairesdumonde.org/files/Audio/kaplan1.mp3" name="src"></object>*/?>

Ouvrez le Bloc-notes de votre ordinateur (dans le menu Démarrer, Tous les programmes, Accessoires, Bloc-notes), copier et coller ce code dans le Bloc-notes, puis effacer les 4 premiers et les 4 derniers signes de ce code: <?/* et */?> .

Copier ce nouveau code et coller le dans la page "Editeur de la source HTML" en bas de la page. Vous allez donc obtenir ceci :


image 6.JPG

 

5/ Ne fermez pas cette Page !

6/ Retournez sur la page de votre piste audio et copier son adresse url : http://nomdevotreblog.org/nomdufichierquevousavezchoisi/n...


image4bis.JPG

 

7/ Dans la page « Editeur de la source HTML », vous allez devoir coller cet url à la place du code situé entre « son= » et « > ». Attention ce code est écrit deux fois dans le bloc. Ce qui est surligné en bleu dans l'image ci-dessous est le second.

image7.JPG

 

8/ Cliquez sur "Mettre à jour"

9/ Sur la page de votre note, un carré jaune avec un "f" encerclé est apparu:


imgae8.JPG

 

Et voila ! Quand votre note sera publiée cette image aparaitra:

image9.JPG



15:23 Publié dans Conseils pour créer votre blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : audio, inclure, media, methodologie, piste |

lundi, 22 mars 2010

Conférence audio sur la communication et le plaidoyer des ONG - Organisations non gouvernementales

Bonjour !

en cette journée mondiale de l'eau, vous avez peut être entendu parlé de la campagne d'Action contre la Faim :

vivre-sans-toilette-acf-action-contre-faim.jpg

Une nouvelle fois, l'association frappe les consciences pour faire entendre sa voix. Mais que signifie faire entendre sa voix  pour une ONG ? Quels sont les moyens dont disposent ces organisations pour faire changer les choses ?

J'étais mercredi 17 mars 2010 dans les locaux d'Action contre la Faim, dans l'auditoire de la conférence "Quelle place pour le plaidoyer et le témoignage dans l’action humanitaire ? Quelle communication grand public ?".

Une cinquantaine de personnes étaient présentes pour écouter :

  • Valérie Daher, Directrice de la communication et du développement d'Action contre la Faim
  • Antoine Vaccaro, Président du CERPHI (institut d'étude de la Philanthropie)
  • Luc Lamprière, Directeur général Oxfam-Agir-Ici
  • Thomas Gonnet, Directeur des Opérations - Crise d'Action contre la Faim

La rencontre était animée par Roger Persichino, écrivain et administrateur d’Action contre la Faim.

La discussion a duré 2 heures, 1h de présentation et 1h de questions réponses avec la salle.

A ma connaissance et à l'écoute des questions posées, l'essentiel de l'audience était constitué de professionels des associations humanitaires et de spécialistes du sujet. Il me semble avoir identifié une journaliste de Youphil mais les médias m'ont semblé peu représentés. C'est dommage car il aurait été intéressant d'avoir le point de vue de journalistes sur la question de la communication des ONG.

Découpage des enregistrements audio

Afin de rendre cette réflexion disponible au plus grand nombre, j'ai enregistré la conférence et les échanges.

Action contre la Faim a aussi filmé la conférence, en attendant que celle-ci soit mise à disposition, voici en 15 parties l'essentiel des échanges qui se sont tenus ce soir là.

J'ai volontairement réduit la taille des fenêtres d'affichage car c'est le son plus que l'image qui importe, pourtant il y a quelques titres à lire. Si c'est trop petit, vous pouvez double cliquer sur la fenêtre et l'ouvrir sur dailymotion.


6 prémières parties

  1. Présentation des intervenants par Roger Persichino  (écrivain et administrateur d’ACF), suivie de la présentation du marché de la communication des ONG par Antoine Vaccaro, Président du Cerphi (12 minutes)
  2. Parcours et présentation de Luc Lamprière, Directeur d'Oxfam France Agir Ici. Du journalisme à l'humanitaire (8 minutes)
  3. Intervention de Valérie Daher, Directrice de la communication et du développement d'ACF : présentation et objectifs du poste, distinction entre le communication et le plaidoyer, suivie d'une intervention de Thomas Gonnet sur l'histoire du plaidoyer chez ACF (13 minutes)
  4. Témoignage, plaidoyer et communication des ONG : vers une redéfinition du rôle des ONG en matière de politique internationale, selon Valérie Daher (5 minutes)
  5. Evolution du rôle entre ONG et opinion publique, par Antoine Vaccaro (3 minutes)
  6. L'importance du témoignage, par Luc Lamprière (3 minutes)




6 parties suivantes

  1. Vidéo à remettre en ligne (3 minutes)
  2. Les évolutions des attentes de l'opinion publique, la confiance dans les ONG, les attentes des bénéficaires à l'horizon 2015, selon Antoine Vaccaro (3 minutes)
  3. Les donateurs et les relations donateurs chez ACF, selon Valérie Daher (4 minutes)
  4. La mobilisation en faveur des objectifs du millénaire pour le développement par Luc Lamprière (5 minutes)
  5. Mesure et impact du plaidoyer par Thomas Gonnet (4 minutes)
  6. Evolution des besoins, de la communication et du plaidoyer à l'horizon 2015, par Thomas Gonnet (4 minutes)










3 dernières parties

  1. Evolutions du plaidoyer et mesure de son impact, par Thomas Gonnet (2 minutes)
  2. Echec du plaidoyer, l'exemple des objectifs du millénaire pour le développement, par Valérie Daher (4 minutes)
  3. Questions-réponses avec le public (48 minutes)




Les liens cités

more_up copie.jpg

Remarques et questions sur la conférence communication et plaidoyer des ONG - 30/03/2010

more_down copie.jpg

 


 

vendredi, 15 janvier 2010

Les témoignages depuis Haiti via Twitter

Haïti a été frappé par un violent séisme. La plupart des médias relaient les rares informations en provenance de l'ile. Ces informations sont rares car la majorité des infrastructures de communication ont été détruites.

Face à pareille situation d'urgence, nous nous sommes penchés sur l'utilisation de Twitter pour communiquer, organiser et orienter les personnes concernées par cet événement tragique.

A propos de Twitter

Ce service permet à un internaute de créer un compte et d'émettre des messages courts, type texto, à destination d'une communauté d'utilisateurs du service. Pour de plus amples informations sur ce service, visitez Twitter : présentation et utilisation pour les ONG.

Pour faire une comparaison, Twitter est un peu comme un mur Facebook : les contenus s'actualisent en direct. Pour prendre le cas du mot clés Haiti, le lendemain soir de l'événement, Twitter comportait 1 000 messages par minute mentionnant Haiti. Aucun autre espace en ligne ne permet cela. Et à la différence d'un mur Facebook, la recherche du mot Haiti vous permet de voir tout ce que les utilisateurs proposent comme contenu sur ce mot clé. Tous les contenus sont donc publics, et ils ne sont pas tous dignes d'intêret pour autant, mais certains le sont, profondément.

Twitter et l'urgence

Le caractère synchrone de Twitter confère à cet espace en ligne une importance majeure si vous voulez suivre un événement en direct : cela a déja été le cas après le séisme en Chine, après l'atterissage miraculeux de l'avion dans la baie d'Hudson ou pendant les événements politiques des élections iraniennes. Chaque fois, des témoins directs des événements communiquent et s'organisent grâce à l'outil, notamment car Twitter interconnecte les plateformes de téléphonie mobile avec internet : vous pouvez émettre et recevoir depuis un téléphone ou depuis un poste connecté à internet.

Twitter et le tremblement de terre à Haïti

Des photos, des témoignages écrits, des appels à témoignages, des questions, des informations sur les organismes caritatifs intervenant sur place, des faux appels pour lever des fonds également, circulent en temps réel à destination de personnes de nombreux pays qui synchronisent leur attention à cet instant sur cet événement. Personnellement je n'ai suivi que les messages en anglais (très nombreux car la majorité des utilisateurs sont anglophones) et en français : sur 13 M d'utilisateurs, 1% sont francophones source : Sysomos.

Pour les médias, mais aussi pour les sièges des ONG actrices sur le terrain, il  semble important d'écouter et de participer à ce qui s'échange sur ce réseau. Pour les journalistes, avec quelques recherches, il est possible de trouver des témoins sur place.


Utilisation de Twitter en direct du terrain - tous les messages sont en anglais et n'ont pas été traduits.

1. carelpedre émet des messages depuis Port au Prince et depuis le début du séisme : http://twitter.com/carelpedre.

carelpedre a été interviewé par de nombreux médias depuis trois jours : "RT @mikaelponge: @carelpedre France Inter/Radio France aimerait vous interviewer dès que possible. please RT. >>>I'm on Skype!!"

"RT" en début de message signifie ReTwit : l'émétteur du message reprend le message d'un autre.


La page Twitter de carelpedre

carelpedre.jpg

Témoignages

"We are more than 1 million in the streets, helpless and The Sky is Cloudy!"

"No Food, No Water, No Medications, Nothing! And Our President says he's a victim as well! How long we have to wait?"

"My internet connexion is down right now! Don't know what to do!"

Photos

"I uploaded some new pic on my Flickr account! Check them out http://www.flickr.com/photos/carelp/"

Appel à l'aide des entreprises

S'adressant à son fournisseur d'accès internet : "@InternetHaiti I need a Good connection to skype! DM me what to do!"

Appel à l'aide des multinationales du web

"I'm a Mac User (iPhone+MacBook Pro) using Twitter, Facebook and Skype ~ They Have To do something for Haiti ASAP!!"

Organisation de l'aide

"I Need Volunteers 2 build A team to help People Who's Living outside the Country 2 Have Informations about they relatives. Haitians Stand Up"

"
@ladyBfollowme: Looking for the Esperance Family . 2 Blocks from Hotel Oloffson in Carrfour-Feuilles >>@RAMhaiti can Help!"
@ en début de message signifie que l'auteur s'adresse en particulier à cet utilisateur. Le message reste visible par tous les utilisateurs.

2. Depuis Haiti, Wyclef Jean (fondateur de l'ONG Yélé Haiti) donne également des informations. Il s'est rendu à Port au Prince juste après le tremblement de terre : http://twitter.com/wyclef


La page de Wyclef Jean

wyclef-jean.jpg

Eléments descriptifs sur les besoins

"Haiti needs emergency supplies right awaÝ!!! Water, Dry Goods, Blankets, and Clothing!! Pls contact state officials right now 4 dropoff pts"

Appel aux donations

"International donations to Yele Haiti Earthquake Relief Fund can be made at our website. www.yele.org STATE OF EMERGENCY #haiti @yelehaiti"

Reprise d'informations sur le bilan provisoire

"RT @Jerry_Drama: @wyclef on foxnews.. says atleast 500,000 dead http://bit.ly/4ZKVuy"

3. Fredodupoux informe également en direct de la situation : http://twitter.com/fredodupoux


La page de fredodupoux

fredodupoux.jpg

Pour organiser l'achememinement de blessés

"2 Hospitals in Cap-Haitien are equipped and ready to receive patients. #Haiti #eq"

Sur les besoins

"We were not expecting this most of us are not equipped for survival. Places need to start opening, we all need food, water & fuel. #haiti"

"@darryltkps we have a generator but we'll be soon out of fuel since no gaz station is serving."

"only saw 2 open pharmacies today by the general hospital, and they are overly crowded."

"stopping at a hot spot. just came back from the streets. people are fighting over water food and meds."

Sur la localisation de victimes

"HELP IS NEEDED ! People still alive under College Canapé Vert are screaming for help to get them out of the rubbles."

Pour donner des nouvelles de certains habitants

"someone asked me for adi brisson last night i saw him he's fine but lost his house"

Pour médiatiser et organiser l'aide internationale

"RT @grosdim: American Airlines is taking doctors and nurses to Haiti for free. Please call 212-697-9767. Spread the word"


4. Richard Morse : http://twitter.com/ramhaiti

ramhaiti.jpg


Situation sanitaire

"what to do, what to do with all these bodies that are starting to decompose.people are starting to wear masks"

"people sent & are waiting in the stadium for medical help and no one is coming.they're starting to give out water today"

Personnes manquantes

"RT @ralstonsmith: @RAMhaiti Nathalie Pierre, a doctoral student from NYU is missing in haiti...5'4 24 years old...http://tinyurl.com/yfellxe"


5. InternetHaiti : http://twitter.com/InternetHaiti

internethaiti.jpg

6. Haitifeed : http://twitter.com/Haitifeed

haitifeed.jpg

7. Paul Conneally : http://twitter.com/conneally, son blog : Head Down Eyes Open

 

twitter-conneally.jpg


Avec les médias

"Media guy" travaillant pour la Croix Rouge, Paul Conneally a realisé de nombreuses interviews depuis son arrivée :

"Still lots of interviews. Just did new york times. will b live on Sky after 6pm UK time. RTE legend Charly Bird also in the loop now #haiti."

"Went to civil aviation building where many media are based. Was Live with Sky, ITN, ARD, BBC, NZ radio etc. etc. More than 40 interviews."

Témoignages sur les activités de la Croix Rouge

"#RedCross has now managed to get 8 planes of relief + equip into #Haiti, only 3 of these thru PAP the others thru Santo Domingo."

"Norwegian colleagues putting up field hospital @ University hospital + our surgeons, nurses already working hard. Vital medicines given."

"Spanish #Redcross doing amazing work providing clean water. 200k litres today, double that tomorrow and so on the next day. #haiti"

Sur la sécurité

"We are not witnessing violence or rioting, the opposite. Calm Q's 4 water and relief items. Extremely harrowing scenes in the hospitals."

8. Edpilkington : http://twitter.com/Edpilkington

 

ed-pilkington.jpg

Ed Pilkington est correspondant à New York du quotidien anglais The Guardian. Arrivé le 15 janvier à Port-au-Prince, il témoigne depuis son arrivée :

"End of a long day in Haiti. Seen dead bodies, more crumpled buildings than you'd ever care to see. But also enjoyed unbelievable kindness"

"There's been much talk about violence and hordes of looters. Maybe that lies ahead. But so far we've seen none, and felt in no danger."

"Developing question here in Haiti: why wasn't more done to prepare for a quake when there were so many warning signs? http://bit.ly/5BZUsb"

"In Haiti: many of the hardest hit places were the shanty towns built on incredibly steep hillsides. they should never have been allowed"

"American embassy tells us it comes as helpers not occupiers in #Haiti. Out we go to find out what that means"

 

Utilisation de Twitter depuis les autres pays

La vaste majorité des utilisateurs de Twitter vivent dans des pays riches, à l'abris des conséquences du tremblement de terre. Ce sont ces pays qui envoient leur aide matériel et humain à Haïti, grâce à la générosité du public, des entreprises et via les canaux des ONG. En plus d'Action contre la Faim, de Médecins du Monde et de Médecins sans Frontière, voici une liste des organismes à qui nous pouvons adresser des dons.

S'il nous a paru important de mettre en évidence l'intérêt d'un outil comme Twitter pour garder un contact avec des témoins, alors qu'il est difficile d'obtenir des informations. A force de lire les demandes de journalistes qui veulent réaliser des interviews, je me demande s'il est bien nécessaire de les proposer aux médias.

Ces témoins seraient sans doute utiles s'ils étaient en contact avec les ONG et les personnels d'urgence qui sont et arrivent sur le terrain.

Nous réaliserons un article sur ce sujet plus tard.

N'hésitez pas à apporter vos contributions, dans les commentaires ci-dessous ou en participant au financement des grandes organisations qui agissent sur le terrain.

mardi, 15 septembre 2009

Blog : quel intérêt pour une association ?

Dans la note suivante, nous vous proposons quelques arguments sur l'utilité et l'intérêt d'un blog pour la communication (et plus peut être) d'une association.

Le contexte

Aujourd'hui, beaucoup d'associations disposent d'un site web.

Le plus souvent, ce site contient des informations sur les activités, les zones géographiques couvertes, les thématiques abordées dans les programmes. On trouve également des informations sur l'association, ses membres, son budget, ses bailleurs, sa localisation etc.

Parfois, le site propose des témoignages de bénéficiaires, de bénévoles ou de salariés de l'association. Plus rarement encore, il est possible de trouver une rubrique d'actualités.

La majorité de ces sites contiennent un contenu statique, peu actualisé. Un internaute qui cherche de l'information sur l'association pourra la trouver. Mais quelqu'un qui veut suivre l'association, connaitre ses activités dans le temps, n'a pas vraiment la possibilité de le faire. A moins qu'il existe une lettre d'information ou un magazine, ce qui est rare et implique des coûts.

Le blog, un format avantageux et complémentaire

Tout d'abord, un blog est plus simple à utiliser pour publier des contenus qu'un site web statique décrit plus haut. Pour la
simple raison  que le site statique n'est pas fait pour être actualisé fréquemment. Le blog lui, est pensé pour cela.

Egalement, un blog est plus facile à référencer qu'un site institutionnel statique. Mais cela suppose une production régulière de contenus, alors qu'un site statique, une fois fini, ne nécessite que très peu d'actualisations. Il y a donc nécessairement de la part de l'association une volonté de charger quelqu'un de gérer ce blog.
S'il peut être utile de les opposer, vous l'aurez compris, ces deux types de sites sont complémentaires !

Aussi, le format blog est idéal pour une communication destinée à représenter des activités humaines, des paroles d'individus. Pourquoi ? Simplement parce que le ton d'un blog est plus naturel, spontané et personnel que le ton neutre d'un site institutionnel . En effet, le blog permet la proximité et la relation directe et individuelle avec le public de lecteurs, et surtout, il permet d'échanger, d'entrer en contact, de débattre et de partager son expérience.

Un outil peu coûteux, voir gratuit, à partir du moment ou vous disposez d'un ordinateur connecté à internet

A la différence des sites "vitrines" qui nécessitent un minimum d'investissements, l'hébergement des blogs est le plus souvent gratuit (en échange de bannières publicitaires dont les revenus sont perçus par la régie et l'éditeur de la plateforme de blogs).

Mais sur Solidaires du monde par exemple, il n'y a pas de publicité.

Sur ce point, vous pouvez consulter cet article qui explique
comment choisir son hébergeur et comment créer son blog. Faites votre choix, enregistrez-vous, et c'est parti : Votre blog est prêt à recevoir vos premières publications !

Un outil simple d'utilisation

En effet, il ne nécessite pas de compétences informatiques particulières. Et le blog permet d'intégrer facilement différents formats de contenus : texte, image fixe, audio et vidéo... qui sont autant de témoignages sur les activités de l'association. Et qui lui donnent une visibilité, un porte-voix efficace à destination de ses publics, ainsi qu'une mémoire des activités, disponible pour les personnes qui cherchent des informations à ce sujet : étudiants, journalistes, candidats pour un poste...

Ainsi, en étant présente sur le web par l'intermédiaire d'un blog, l'association gagne en visibilité. En cherchant un peu sur le web, l'association peut découvrir d'autres acteurs sur la même thématique dans des zones différentes par exemple, pour partager les bonnes pratiques, les analyses du contexte, les échecs...

Par une mise à disposition régulière du contenu, l'association multiplie les occasions d'intéresser ses publics et d'entrer en contact avec eux. Comme dit plus haut, ces publics peuvent être différents : curieux, partenaires, bailleurs, bénéficiaires, salariés et bénévoles, chercheurs d'information dans le cadre de leurs activités professionnelles ou scolaires...

Enfin, la communauté de blogueurs est aussi un important relais d'information : la blogosphère agit comme une caisse de résonnance des débats qui animent les médias et l'espace public. Mais cet espace se structure plus par la langue, la culture et les centres d'intérêts, que par le seul ancrage géographique et physique.

Qu'en pensez vous ? Si vous avez des exemples ou des critiques, n'hésitez pas à les formuler dans les commentaires !

Pour aller plus loin :

lundi, 24 août 2009

31 août : Journée mondiale du blog (Blog Day)

Lundi 31 août prochain, se tiendra sur internet la Journée Mondiale du blog ou 310g Day. Dédiée à tous les blogs et blogueurs.

Comme vous l'avez peut être remarqué, un tag a été créé pour l'occasion : 310g Day. Écrivez-le avec le 3, le 1 et le 0 en numéro et le g dans un moteur de recherche, cela permet de trouver tous les blogs participant à l'opération.
C'est une façon astucieuse d'exclure des résultats de la recherche tous les articles mentionnant les mots "blog" et "day", mais qui ne participent pas à l'opération.

Cette événement sera l'occasion pour : "les bloggers partout dans le monde de poster un article recommandant 5 nouveaux blogs, de préférence des blogs différents de leur culture, point de vue et attitude. En ce jour, les visiteurs de blogs se retrouveront projetés et découvriront des blogs inconnus, célébrant la découverte de nouvelles personnes, et de nouveaux bloggers."

Je trouve intéressant de voir que cette journée vise à favoriser la présentation par un bloggeur de blogs qui ne sont pas directement dans l'univers de ce bloggeur.

Pour d'avantage d'informations, rendez-vous sur le site officiel : www.blogday.org

Blog Day 2009

Cette journée nous donne l'occasion de revenir sur le phénomène des blogs : ce qu'est un blog je pourquoi utiliser ce support pour une communication en ligne.

Sur le net, les premiers journaux personnels sont apparus au Canada dés 1995. Depuis, le phénomène s'est démocratisé et voila où nous en sommes aujourd'hui :

Le phénomène en quelques chiffres

100 millions : c'est le nombre de blogs recensés par Technorati, moteur de recherche de la blogosphère

120 000 : c'est le nombre de blogs qui sont crées tous les jours dans le monde

9 millions : c'est le nombre d'internautes français (soit plus de 30% de la totalité des internautes) qui consultent au moins un blog tous les mois
Sources : Médiamétrie, EIAA, Forrester, Technorati, Skyrock.com


Toutefois, si ces chiffres impressionnent, nous manquons de données sur la durée de vie d'un blog.

Car s'il est simple d'ouvrir un blog, il est beaucoup plus exigeant de l'éditer dans la durée et d'en faire un outil de communication. Cela demande un investissement dans le temps et s'apparente plutôt à un marathon qu'à un 100 mètres.

Le blog témoigne de l'appropriation des espaces en ligne par le public

Qu'est-ce qu'un blog ?

Le terme de blog a été formé par l'association de deux termes, web (la toile) et log (journal). Un journal de bord en quelques sortes.

Ce sont les jeunes de la génération « digital natives » qui s'est approprié le phénomène de manière massive dans les années 2000. De ce fait, le blog a beaucoup été ramené à sa dimension intime, personnelle et « adolescentrée », par de nombreux journalistes notamment.
Alors que le blog a d'emblée était un outil d'expression multiple : personnel et collectif, intime et politique, amateur et professionnel, gratuit et intéressé, original et copié collé...

Quelques fondamentaux

  • L'architecture du blog en fait un site d'expression personnelle, au sens de l'expression d'une personne : le plus souvent le blog est le fait d'un bloggeur.
    • Mais il existe des blogs avec une rédaction à plusieurs. C'est le cas de celui que vous lisez.
  • Un blog offre une fonctionnalité de commentaires, ce qui laisse un espace d'expression aux lecteurs du blog. De ce fait, le blog est aussi un terrain d'expression collective, un espace de débats, d'échanges d'arguments, notamment entre le bloggeur et ses lecteurs.
    • Mais il existe des blogs fermés aux commentaires, ou du moins des notes sur lesquels il n'est plus possible de commenter
  • Un blog exige un travail d'écriture régulier et favorise l'actualisation des contenus. La dernière note publiée est présentée en premier. Les notes publiées antérieurement ne sont donc pas aussi visible que les dernières notes publiées
    • Mais il existe des blogs avec une architecture telle que des contenus publiés antérieurement sont directement accessible depuis la première page du blog

Pourquoi un tel succès ?

L'une des clefs du succès des blogs provient de leur simplicité.
Avant l'arrivée des blogs (et mis à part les forums de discussion), il était nécessaire de connaitre le langage html pour éditer un site web.

Depuis l'avénement des blogs, il est possible d'éditer du texte et des images sur internet sans maitriser le langage html. De ce fait, n'importe qui disposant d'un ordinateur, d'une connexion internet et voulant s'exprimer, peut créer son blog en quelques minutes. Par contre, il vous faudra passer de nombreuses heures avant de disposer d'un blog digne d'intéresser des lecteurs !

La dimension sociale des blogs est également un point important expliquant leur succès. En effet, l'interactivité est fondamentale dans la blogosphère : les blogs valent autant par le propos du blogueur que par ce qu'écrivent les contributeurs et les autres blogueurs à travers les commentaires.

Un blog sans commentaire et un blog très commenté n'offrent pas la même variété de points de vue.

Sur le plan technique cette interactivité est assurée par des liens hypertextes, des rétroliens et des fils RSS.

Le blog et les faveurs des moteurs de recherche

Enfin le blog présente de nombreux avantages en termes de référencement. Du point de vue de la stratégie de communication, ce point est sans doute le plus important. Il fera l'objet d'une note prochainement. Pour résumer retenez deux points :

  • Chaque note d'un blog produit un url, c'est-à-dire une adresse internet unique. Cette adresse reprend généralement les mots du titre de la note. Or c'est avant tout dans ces liens que le moteur de recherche fouille avant de vous proposer des résultats.
    • Ainsi en produisant de nombreux url, sur un champ sémantique donné, un blog construit son référencement plus rapidement qu'un site web qui ne produit pas régulièrement des url.
  • La deuxième explication permettant de donner avantage aux blogs sur les sites statiques en termes de référencement, ce sont les interconnexions entre les blogs. En effet, la blogosphère produit beaucoup plus de liens que la sphère des sites statiques (souvent contraint par des dispositions de responsabilités juridiques). De ce fait elle est favorisée par les moteurs de recherche, au détriment des sites statiques.

Autres éléments sur le référencement

Le contenu : un contenu de qualité intéressant une communauté de lecteurs spécialisés, sera susceptible d'intéresser d'autres blogueurs et internautes, créant ainsi du trafic vers votre blog. Vos articles et arguments peuvent être repris sur un autre blog, ou renvoyer vers votre blog grâce aux liens hypertextes.
En tant que bloggeur, il est intéressant de prendre la parole par le biais de commentaires sur des blogs qui traitent de sujets similaires. C'est aussi de cette manière que s'organise la conversation entre les blogs.

Les mots clés : faites bien attention à vos titres et aux mots clés (tags)  associés à votre article, qui favorise le référencement, c'est-à-dire le positionnement de votre blog dans la liste des résultats proposés lors d'une requête sur ces mots-clefs.

Liens : n'hésitez pas à étoffer vos articles de liens sortants, renvoyant vers des articles sur la même thématique, des définitions, des contenus multimédias... Ce qui vous permet de rediriger vos lecteurs vers les blogs des autres et ce qui vous apporte indirectement du trafic.

Je vous invite à lire cet article sur l'optimisation d'un blog et illustré de quelques exemples : un blog pour améliorer son référencement, et sur le blog Solidaires du monde De nous à Vous, vous trouverez de nombreux conseils  dans la catégorie "Comment bien bloguer"

 

jeudi, 13 août 2009

Twitter : présentation et utilisation pour les ONG

L'objectif de cette note est double :

  • Présenter le service Twitter et le situer dans la chaine de diffusion de l'information
  • Proposer des pistes concernant l'utilisation de ce service pour les acteurs de la solidarité et du développement


Resituons Twitter : chiffres et présentation

En chiffres : 27 millions d'utilisateurs et plus d'1 milliard de messages envoyés

Twitter est un service internet qui, depuis fin 2008, fait parler beaucoup parler de lui tant par son attrait que par sa méconnaissance.

Il s'agit d'un outil de microblogging et de réseau social qui permet à un utilisateur d'envoyer gratuitement des messages, appelés « tweets » (tweet veut dire gazouillis en français, des petits cris d'oiseaux numériques), de 140 caractères maximum, par Internet, par messagerie instantanée et/ou par SMS.

Au vu des chiffres de croissance, l'outil est en pleine ascension puisque  72,5 %* des utilisateurs ont rejoint Twitter lors des 5 premiers mois de 2009.

Mais malgré un certain succès, Twitter reste un outil peu connu et encore mal utilisé. Pour preuve, 85,3 %** des utilisateurs postent moins d'un tweet par jour et même 21 %** des utilisateurs n'ont jamais émis de message.


*étude Pear Analytics, Aout 2009 http://www.pearanalytics.com/wp-content/uploads/2009/08/T...

*étude Sysomos, Inside Twitter, Juin 2009 http://www.sysomos.com/insidetwitter/


Premier maillon de la chaine de diffusion de l'information ?

Tout d'abord, Twitter doit une partie de son succès à son interface facile et léger, qui permet à chacun d'entre nous de s'approprier l'outil. C'est pour cela que les premiers utilisateurs de Twitter étaient majoritairement jeunes et curieux de tester le dernier  services du web.

La croissance du service aidant (plus il y a d'utilisateurs sur un service en ligne plus celui-ci est utile et attire d'autres utilisateurs : c'est la loi de Metcalfe), Twitter est devenu un lieu d'échanges majeur et un sujet de conversation récurrent sur les blogs et dans les médias. Notamment pendant la campagne Obama et plus récemment compte tenu de l'utilisation qui en a été faite par les jeunes iraniens révoltés par les conditions de la réélection de Mahmoud Ahmadinejad.

Désormais, comme avec de nombreux services web, ce ne sont plus seulement des jeunes qui dynamisent le service, mais également des professionnels de la veille, des médias et d'internet, des politiques, des entreprises etc.

L'annuaire Twibs par exemple, recense plus de 16 000 entreprises sur Twitter. Cherchez media et vous trouverez près de 900 utilisateurs ; et une écrasante majorité d'anglophones.

En effet, comme toujours avec internet, la langue la plus utilisée est l'anglais (oui j'oublie le chinois, mais celui-ci n'est pas encore assez pratiqué au niveau international pour rivaliser avec l'anglais). Et si Twitter a atteint une maturité dans la sphère anglophone. Ce n'est pas encore le cas chez ses utilisateurs francophones. Reste à savoir ce que c'est que la maturité d'un service web. Peut être faudrait-il plutôt parler de diversité d'utilisateurs.

Aujourd'hui, le Figaro, le Monde et l'Equipe assurent une présence sur Twitter. Le Monde gère même plusieurs profils spécialisés en fonction des thèmes abordés.

Toutefois, on peut émettre une première salve de réserves car rien ne garantit que c'est bien le journal le Monde qui gère ces profils. C'est à la communauté de followers d'évaluer la qualité et la crédibilité des contenus.

image1.jpg

Voici une liste absolument pas exhaustive de journalistes français sur Twitter.


Twitter, le plus chaud des nouveaux médias ?

Aujourd'hui, au delà, de l'effervescence médiatique et de l'effet de bouche à oreille, on ne peut que constater que Twitter est devenu un outil de premier plan dans la diffusion de l'information.

image2.jpg

Le graphique ci-dessus montre comment Twitter (en bleu ciel) s'inscrit dans une diffusion de l'information en amont par rapport aux autres supports que sont les supports en ligne tout d'abord : blogs, forums et sites éditoriaux (en bleu foncé) puis la radio (en vert), la télé (en rouge) ou la presse écrite (en orange).

Ainsi Twitter devient une plateforme incontournable pour :

-          veiller ce qu'échangent les utilisateurs sur des mots clés identifiés

-          suivre un sujet en temps réel, un événement, une conférence, un moment fort

-          entretenir des échanges directs avec une communauté identifiée : écouter et prendre la parole

-          organiser et synchroniser des équipes distantes en garantissant la réception par tous d'un même message (sur ordinateur et téléphone portable)

-          proposer des productions et des sources d'informations à une communauté (ce qui pousse à une segmentation par sujet, par zone géographique, lorsqu'on travaille sur différentes zones et thématiques)

Mais comme tout service en ligne, il est nécessaire d'y investir du temps. Avec une communauté de centaines de followers, vous pouvez être amené à échanger de messages avec des centaines de personne, et ce de manière régulière.

Si vous faites vos premiers pas sur Twitter, commencez par passer du temps sur le moteur de recherche http://search.twitter.com afin d'identifier les utilisateurs qui s'expriment et publient des messages susceptibles de vous intéresser, mais aussi susceptibles d'être intéressé par ce que vous proposerez.

Et si vous lisez des blogs, repéréz ceux qui utilisent un compte Twitter.

Retwitt et fonctionnement de la (re)diffusion de l'information

La puissance de diffusion de Twitter réside dans l'une de ses fonctionnalités essentielles : la possibilité de « retwitter » une information.

Ainsi, un message diffusé par un utilisateur de Twitter à sa communauté de followers à des chances, s'il intéresse l'utilisateur, d'être rediffusé à nouveau par un ses followers qui le twittera à destination de sa propre communauté. Et le message circule
si le message les intéresse et si les membres de cette communauté le rediffusent à leur communauté.

Dans tous les cas, l'information se répand d'autant plus vite lorsqu'elle touche une communauté de personnes sensible à cette information, et donc prête à se l'approprier et à la rediffuser (sur Twitter, mais aussi dans un article publié sur un blogs, dans un commentaire, dans un mail, sur le mur d'un réseau social ou dans une conversation en face à face).

Evidemment, cette définition du « retwittage » est à prendre avec du recul. Pour deux raisons :

1. La première est que les deux communautés de followers auxquelles a été diffusé le tweet initial ont une part plus ou moins négligeable d'utilisateurs en commun. Cela induit de fait une baisse du nombre de contacts absolus (mais cela informe de l'interêt que plusieurs utilisateurs portent sur le sujet).
2. La deuxième raison tient simplement du fait qu'un tweet n'est pas lu par l'ensemble des followers suivant le flux de l'émetteur du message. Le taux de lecture d'un tweet est le plus élevé juste après sa publication. Ainsi, plus un utilisateur du service suit le flux d'autres membres, plus il aura du mal à suivre l'ensemble des tweet postés par les membres qu'il suit ; car les messages se perdront dans la masse comme poussés par les messages plus récents.

Il s'agit donc de trouver un juste équilibre entre le nombre de messages publiés et le nombre d'utilisateurs.

Mais nous pouvons aussi espérer que la communauté de développeurs qui créé des applications pour Twitter mettra en place des fonctionnalités de filtrage permettant de filtrer / hiérarchiser les messages reçus en fonction de leur contenu (pour autant, Twitter n'est pas une application Open Source, pour ceux qui en font un critère, mieux vaut se tourner vers Laconica)

Dans tous les cas, commencer par identifier et écouter des utilisateurs. Entrez dans la boucle quand vous pensez pouvoir leur apporter des éléments intéressants. Respectez une certaine homogénéité éditoriale.

Si vous rédigez un blog par exemple, synchroniser votre publication avec votre profil de réseau social et votre profil Twitter, afin d'avertir vos publics de votre publication (sans que ceux-ci aient à se rendre sur votre blog).
Vous pouvez également partager vos liens, comme vous pourriez le faire avec Delicious.

Proposez votre profil Twitter sur votre profil de réseau social, votre blog, votre site internet.


Si vous trouvez que 140 caractères ne suffisent pas


1. Optez pour des tags plutôt que des phrases

2. Utilisez http://url.exen.fr/ : un réducteur d'url ! En rentrant l'adresse de votre note vous obtiendrez une nouvelle adresse beaucoup plus courte d'une vingtaine de caractères.

image3.jpg

Twitter pour les acteurs de la solidarité et du développement

Tout d'abord, les associations et ONG sont des émetteurs crédibles d'informations. Ils doivent donc profiter de cette crédibilité pour prendre position sur Twitter et s'inscrire dans les communautés existantes.

En effet, les acteurs de la société civile sont peut être plus crédible que les médias car ces acteurs ont des communautés de soutien qui ne doutent pas de la qualité et de l'authenticité de leurs propos et de leurs prises de position (je ne dis pas qu'il ne peut pas y avoir d'instrumentalisation comme dans les médias, mais je suis convaincu que certains acteurs de la société civile remplissent -et rempliront - de plus en plus une fonction de contre pouvoir économique et politique, trop souvent désertée par les grands médias).

Aujourd'hui, c'est la dimension sociale qui explique le sujet d'une majorité de service comme les réseaux sociaux, les blogs, le microblogging etc. Or grâce à la dimension sociale revêtit par la majorité des nouvelles applications web, il n'a jamais été aussi facile d'identifier,  d'entrer en relation, de former des groupes de personnes qui partagent les mêmes  préoccupations et centres d'intérêt. Les outils d'organisation de ces groupes ne manquent pas et Twitter en fait partie.

Pour les personnes intéressées par les questions d'environnement par exemple, suivre Greenpeace sur Twitter sera nécessairement source d'informations utiles, de rencontres, d'événements. Ce qui ne peut être qu'enrichissant pour la relation que Greenpeace entretient avec ses publics.

Aujourd'hui le profil Greenpeace compte prêt de 15 000 followers. Le profil Greenpeace Brazil en compte prêt de 20 000.

Utilisation de Twitter pour les associations et ONG

A des fins de communication externe

Un flux renvoyant vers : les communiqués de presse, les vidéos publiées sur les sites de partage, les événements, les zones d'interventions, des renvois vers des chiffres et des études publiées, un flux renvoyant vers des témoignages de volontaires et de bénéficiaires (sur un blog), un flux renvoyant vers un blog de suivi des activités de plaidoyer, un flux pour inviter à des événements / conférences.

Et tous ces flux peuvent (et devraient ?) se décliner dans toutes les langues. En fait, toute actualisation d'un support portant des productions de l'organisation peut faire l'objet d'un message.

Ce qui suppose que ce n'est pas une seule personne qui est dédiée à alimenter les flux, mais bien le création d'un réseau d'utilisateurs dans l'organisation elle-même. A destination de l'organisation elle-même et à destination de l'extérieur.

Cela suppose également l'appropriation de l'outil par un grand nombre d'acteurs, pas seulement le service « communication » !

La Croix Rouge française pour sa part compte 518 followers. Amnesty international 12 021. Human Rights Watch 5 452. Oxfam International en 7 459. Reporters without borders a 526 followers.

Médecins sans Frontières UK et Autriche tweetent, mais pas MSF France. L'UNICEF a 3 184 followers. Chacun de ses tweet commence par le pays concerné par le tweet.


Ou interne, pour l'organisation et la synchronisation des équipes

Prenons une ONG dans ses activités sur un terrain sensible, comme le Soudan. L'organisation est présente en capitale et dans plusieurs endroits du pays. Chaque jour, des informations sont échangées entre les personnes sur les lieux des missions, les responsables de missions dans la capitale Khartoum et les responsables de missions au siège à Paris. Les outils de communication utilisés à ce jour sont déjà le téléphone mobile pour les appels et les SMS, et les ordinateurs pour la messagerie instantanée et les emails.

Une circulation d'information plus rapide dans l'urgence

Dans la cas d'une information urgente qui doit modifier les comportements des équipes à un instant T, et qui est diffusée depuis le siège à destination des équipe sur le terrain, Twitter offre une instantanéité de diffusion vers les ordinateurs et les téléphones mobiles. De plus, dans certains cas, comme dans cette vidéo : le fait de tapper « 40404 + I am ok » suffit pour avertir toute la communauté de followers twitters du fait que vous allez bien (par contre ce n'est pas si simple hors des Etats-Unis, le numéro est bien plus long).

Passer par le message texte tout d'abord permet de dépasser l'impossibilité éventuelle d'établir une liaison téléphonique : le SMS et le mail finissent toujours par arriver même en cas de surcharge du réseau. Hors, en cas de catastrophe, les réseaux de téléphonie sont souvent saturés.

more_up copie.jpg

Associations using Twitter (en anglais et pas forcément des associations de solidarité internationale)

Twitter for educational puropose

Toutes les notes du blog de Beth Kanter (spécialiste de l'utilisation des médias sociaux pour les acteurs non profit).

Le twitter Nethumanitaire : actualités, informations des liens francophones de solidarités

La levée de fonds grâce à Twitter

Twittez vous sur Twitter sur cause humanitaire

Un exemple d'application mêlant Twitter et Google Earth pour localiser du matériel de soin (8ème paragraphe)

Une somme de connaissances sur Twitter : introduction, fonctionnement, applications et cas pratiques

more_down copie.jpg



mercredi, 20 mai 2009

YOUPHIL - Décrypter un monde d'engagements

YOUPHIL LOGO.jpg

Je vous présente  Youphil, magazine d'information online avec pour orientation éditoriale « l'engagement sous toutes ses formes » et qui souhaite donner aux individus des clés de compréhension du monde de la solidarité.

Ca fait seulement 2 mois que Youphil est lancé. Le site est donc encore en version bêta, mais la mécanique est bien huilée. En effet,  l'interface est dynamique, cohérente et les contenus sont de qualité. Cela s'explique en partie par le fait que cette initiative est pilotée par Jean Marie Colombani (ancien directeur du Monde), qui est cofondateur du site, qui intervient également comme responsable éditorial et chroniqueur. Mais aussi parce que les journalistes qui composent Youphil, ont tous, à un moment ou un autre, été engagés dans le monde de la solidarité.  

Le rubriquage est clair
Dans le traitement de l'actualité, ils prennent le temps de penser, d'analyser, de produire une info de qualité.
5 rubriques principales :
Société civile traite des initiatives citoyennes, associatives, spontanées,
Générosités de tout ce qui touche au don,
Ecosolidarité décrypte les enjeux de l'économie sociale et des nouveaux modèles d'entreprises,
Humanitaire, pour parler de développement, de l'action des ONG et des agences internationales dépendant ou non de l'ONU.
Et enfin Professionnels, avec des articles plus techniques (finance, RH, gestion,...) destinés à un public professionnel (responsables développement durable ou de fondations, mais aussi managers associatifs et pouvoirs publics...)

Interface.jpg

Un positionnement multilingue
Le site et les actualités sont disponibles en trois langues: français, anglais et espagnol. Youphil a vocation de toucher un public international car il considère, à juste titre, que l'engagement est un fait universel et qu'il n'y a pas de frontières pour la solidarité. 

Un espace de don
Youphil est en partenariat avec Charitic.fr (1ère plateforme de don en ligne pour les particuliers, les entreprises ou les associations).

En parallèle, Youphil propose  « WE CHANGE », espace d'échange où Youphil se fait l'intermédiaire entre les porteurs de projets (associations, etc.) et les internautes qui ont la volonté de s'engager, offrant ainsi une meilleure visibilité.

Youphil se finance en partie par la pub, mais elle est en cohérence avec la ligne éditoriale : autour de la solidarité, du développement durable etc.

Au final un excellent site d'information dédié à la solidarité que je ne manquerais pas de suivre et que je vous conseille vivement.

18:21 Publié dans Regards sur le web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : média, information, solidarité, engagement |