jeudi, 20 mai 2010

Internet, éxutoire des homophobes

Le 17 mai, 6e journée mondiale de la lutte contre l'homophobie, a été l'occasion de mettre en lumière le rapport annuel deSOSHomophobie.jpg SOS Homophobie. Celui-ci dévoile une nouveauté : le recours massif à Internet pour diffuser des propos et appels à l'homophobie.


16 % des plaintes concernent Internet

En 2009, sur 1 200 témoignages, près de 16 %, soit 160, témoignent d'une agression diffusée sur Internet. Pour la première fois, la toile devance les collègues, le voisinage, les lieux publics ou la famille, devenant ainsi premier motif d'appel au siège de l'association. Même si les commentaires et messages sont finalement retirés, car modérés à postériori, le mal est fait.

Pour Christian Boyer, Directeur de la Rédaction du rapport « Internet sert de lieu de défouloir ». Deux raisons expliqueraient les déferlantes d'injures que connaissent les internautes homosexuels : la banalisation des insultes « Il semble être moins grave d'écrire des injures homophobes que racistes ou antisémites », ainsi que l'anonymat permettant de fustiger en toute liberté les homosexuels dans les forums, les commentaires d'articles, les blogs et même dans la création de jeu on-line, comme Escopeta dont la règle est de tuer le plus d'homosexuels possible sous peine de se faire sodomiser par l'un d'eux....

Internet permet la liberté de discuter et de penser sans craindre pour son intégrité, notamment grâce aux pseudos. A l'image des électeurs du Front National, qui sont toujours plus nombreux dans les bureaux de vote que dans les sondages et estimations. Batholomé Girard, Président de SOS Homophobie approuve cette théorie « A l'encontre de l'idée selon laquelle la société deviendrait plus tolérante, on se rend compte que les homophobes à l'abri derrière leur écran, se sentent moins exposés et se lâchent ».

 

Sur quels sites Internet ?

Pour 21 %, ce sont les sites grand public et de presse qui sont les plus concernés, non pas par des articles, mais par des commentaires. L'exemple repris par Le Figaro, concerne l'annonce du retrait d'Amélie Mauresmo de la compétition, qui a valu au quotidien des commentaires en cascade, dont un concours lesbophobe de jeu de mots...

Mais les propos les plus virulents restent, sans surprise, sur les sites religieux, d'extrême droite et de jeux vidéos,  notamment sur les forums.

Enfin, pour 7 %, ce sont les réseaux sociaux (pages ou groupes) qui sont également concernés.


Internet en justice

Il est difficile d'agir puisque bien souvent les sites sont hébergés à l'étranger. Comme le rappelle Célia Héron, journaliste au Monde « Entre les différentes fonctions (hébergeurs, rédacteurs et responsables éditoriaux) et les paramètres législatifs qui varient selon les cas et les pays, la responsabilité des auteurs de propos discriminatoires sur Internet est rarement établie. », d'où une faiblesse de condamnations.

Le travail de veille sur le web est donc indispensable. Un groupe  de SOS Homophobie est chargé d'y traquer les homophobes. Cela pose bien entendu, la question de la liberté d'expression sur le web, et des possibilités législatives, ou non. Pour Batholomé Girard, « Le Web n'est que la projection virtuelle de ce qui se passe dans la société ». Si on applique ce même principe, l'injure publique et la diffamation publique punies par la loi française d'une année de prison et de 45 000 euros d'amende seraient égallement de mise pour les délinquants du web.

Les exaspérations se multiplient. Aussi après, huit signalements, Alexandre Marcel, homosexuel et décorateur, Alexandre Marcel.jpg a fini par porter plainte contre Facebook et contre les organisateurs inconnus de deux groupes homophobes  pour « provocation publique à la discrimination, la haine, et la violence » et pour « injure publique ». Il dénonce les propos régulièrement mis à jour, considérant les gays comme des malades mentaux ou propagateurs du VIH.

A Avignon, un autre jeune homme, Nicolas Canut, a également porté trois plaintes pour « complicité d'incitation à la haine et à la violence envers la communauté homosexuelle », contre des pages, qui appellent à bruler les gays et à leur couper les mains. L'enquête, menée par la cellule de lutte contre la cybercriminalité de Nanterre suit son cours.


La contre-attaque s'organise aussi sur la Toile

A défaut d'une législation ou d'une autre démarche, la lutte contre l'homophobie s'organise aussi sur la Toile, notamment sur Facebook.

A la requette "Homophobie", nous trouvons 24 pages, dont la plus populaire "Stop homophobie!" compte 3 816 membres. Pour les groupes, le plus important des 227 est espagnol "NON HO PROBLEMI A PUBBLICARE SULLA MIA BACHECA DUE UOMINI CHE SI BACIANO" avec 9 134 membres et le second est français "Je Recherche 1 000 000 De Personnes Qui Ne Sont Pas HOMOPHOBES" avec 8 569 membres.

A la requette "Non à l'homophobie". La page la plus populaire « Non à l'homophobie », créée le 11 juin 2009, compte aujourd'hui 61 570 fans. Active, elle réactualise tous les jours, les informations, événements, films, articles, discussions... Elle a proposé par exemple de regarder l'émission « La France est-elle homophobe ? » diffusée le 17 mai sur France 3, dans l'émission « Ce soir ou jamais ». Entre le 17 et le 20 mai, 500 fans se sont inscrits, preuve que la journée mondiale du 17 a probablement porté ses fruits.

Concernant les groupes, il en existe 23, le premier "NON à l'homophobie! / ¡ No a la homofobia ! / NO to homophobia!" recense 6 276 membres.

 

Aussi le Kiss-in, organisé sous la Tour Eiffel, mais aussi dans 20 autres pays, en même temps, ce même 17 mai, a été largement relayé, par les pages  Facebook "défendons les droits des homos et des bi" (2 832 fans) ou encore "Je cherche 1 million de personnes qui ne sont pas homophobes" (363 538 fans) ayant diffusé la vidéo promo du Kiss-in.

 

Avaaz, un exemple de site de résistance

D'autres vont encore plus loin. Le site Avaaz, s'est lancé dans la lutte contre le projet de loi discutée avaazlogo_fr.gifau Parlement en Ouganda. En effet, le pays est à deux doigts de réveiller la peine de prison à vie pour tout homosexuels. Luttant pour la défense des Droits de l'Homme, Avaaz a lancé une pétition, ayant pour objectif de récolter 500 000 signataires avant que la loi ne soit votée afin de faire pression. « La loi prévoit l'emprisonnement à vie pour toute personne reconnue coupable d'avoir des relations homosexuelles, et la peine de mort pour les "récidivistes". Les ONG travaillant dans le domaine de la prévention contre le VIH risquent jusqu'à 7 ans de prison pour "promotion de l'homosexualité". Et n'importe quel citoyen peut risquer jusqu'à 3 ans d'emprisonnement s'il est reconnu coupable de ne pas avoir dénoncé une relation homosexuelle à la police dans les 24 heures! » rappelle le site.

Aujourd'hui, l'action a récolté 489 240 partisans... Vous pouvez participer à cette action mondiale ou ajouter sa page Facebook à vos favoris, recensant 111 640 fans, d'ailleurs un décompte mensuel a été installé dans les infos.

D'autres initiatives se développent sur Internet, et prouve l'intérêt porté à l'égalité et la solidarité au niveau mondial.

pour aller plus loin.jpg


Le Parisien, le 17 mai 2010 : Il chasse l'homophobie sur la toile

Le Monde, le 11 mai 2010 : Les agressions homophobes progressent en 2009

Le Figaro, le 11 mai 2010: Internet, défouloir pour l'homophobie

SOS Homophie présente son rapport en vidéo et sur son site

L'Express, le 17 mai 2010 : Internet, terrain de jeu des homophobes

Lire l'article 6e journée mondiale de lutte contre l'homophobie, dans le blog Evènements de Solidaires du monde

Qu'est ce qu'Avaaz ? Le site Internet a été créée par Res Publica, une organisation de plaidoyer citoyen sur les enjeux mondiaux, et par Moveon.org, une communauté internet pionnière dans le plaidoyer en ligne aux Etats-Unis. Avaaz a pour partenaires et soutiens des grandes organisations militantes, comme Service Employees International Union ou encore GetUp.org.au et mise sur les possibilités d'inteconnection qu'offre le web. Il tisse un réseau mondial, envoie des newsletter en 13 langues pour favoriser l'intéret et l'implication de tous quelque soit son pays. En trois ans, avec plus de 4,5 millions de membres, un impact réel de pression se fait sentir sur la politique internationale. Le journal The Economist estime qu'Avaaz est entrain de réveiller les leaders du monde par "un appel assourdissant", le Indian Express applaudit "le plus grand réseau de campagnes en ligne du monde" et le Prix Nobel Al Gore a déclaré "Avaaz est une source d'inspiration et a déjà changé beaucoup de choses."

souspourallerplusloin.jpg

vendredi, 28 août 2009

8 septembre : Journée internationale de l’alphabétisation

Depuis 40 ans, la Journée Internationale de l'Alphabétisation (Literacy Day) est célébrée le 8 septembre. C'est l'occasion pour l'UNESCO, qui est à l'origine de cette initiative, de dresser le bilan de l'alphabétisation dans le monde devant la communauté internationale.

Malgré les nombreuses avancées de ces dernières années et les efforts tant de la part des organismes mondiaux que des associations et ONG, le taux d'analphabétisme reste affligeant, et toujours inégalement réparti dans le monde.

  • 781 millions d'adultes, dont 2/3 de femmes, ne possèdent pas les compétences de base en lecture et en écriture, ce qui signifie donc qu'un adulte sur cinq est analphabète.
  • 75 millions d'enfants ne sont pas scolarisés et ils sont plus nombreux encore à fréquenter l'école de manière irrégulière ou à abandonner leurs études.

Cette année, la Journée internationale de l'alphabétisation met l'accent sur le rôle de l'alphabétisation comme moyen d'autonomisation et sur son importance pour la participation, la citoyenneté et le développement social. « Alphabétisation et Autonomisation » est le thème de la Décennie des Nations Unies pour l'alphabétisation pour la période 2009-2010.

L'alphabétisation, élément primordial pour le développement

Le fait de pouvoir lire et écrire est un élément clef dans le développement d'un pays, mais également dans le quotidien et le développement de chaque individu.

Ce facteur est directement lié au niveau de santé, à la participation citoyenne et économique, à l'exercice de ses droits. Les droits fondamentaux de chaque individu sont soumis à l'accès à l'information et à la bonne compréhension, tout comme ils sont soumis à la possibilité de s'exprimer, de faire un recours, etc.

On le voit donc, le taux d'alphabétisation a une répercussion directe sur l'activité et le développement d'un pays.

La fracture Nord - Sud se creuse avec les technologies de l'information

A l'heure du numérique et de l'accès croissant à une multiplicité de sources d'informations, l'analphabétisme creuse encore la fracture entre pays riches et pays en développement.

Les inégalités technologiques, le manque de formations, privent les jeunes générations de ces armes indispensables quotidiennement, et qui sont bien maitrisées par la jeunesse des pays riches. Les inégalités sociales, économiques et de perspectives d'avenir sont là encore mises en lumière.

Car l'alphabétisation est avant tout un moyen d'autonomisation des individus et des pays. Prendre en main son avenir, se renseigner sur les possibilités, chercher l'information, sont essentiels pour cette jeunesse, on ne doit pas laissser la fracture technologique agrandir celle économique.

journée alphabetisation.jpg

Décennie pour l'alphabétisation

L'UNESCO est l'institution chef de file de la Décennie des Nations Unies pour l'alphabétisation (DNUA), qui a été placée sous le thème "L'alphabétisation, source de liberté".

Lancée en 2003, la Décennie a pour objectif d'accroître le taux d'alphabétisation et de renforcer l'autonomisation de tous partout dans le monde. En proclamant cette Décennie, la communauté internationale reconnaît que la promotion de l'alphabétisation est dans l'intérêt de tous, dans la mesure où elle contribue à la paix, au respect mutuel et aux échanges dans le contexte de la mondialisation.

Pour concrétiser son action dans le cadre de la DNUA, l'UNESCO a encore lancé une nouvelle initiative pour l'alphabétisation, intitulée LIFE (Initiative pour l'alphabétisation : savoir pour pouvoir, 2005-2015), visant à offrir des possibilités d'apprentissage aux adultes analphabètes, et en particulier aux femmes, dans 34 pays où les taux d'alphabétisation sont inférieurs à 50 % et/ou la population analphabète dépasse les 10 millions.
L'Education pour tous - qui vise à accroître de 50% le taux d'alphabétisation d'ici à 2015 - fixe l'objectif général de la Décennie, tandis que les Objectifs du Millénaire pour le développement placent la Décennie dans le contexte de la lutte contre la pauvreté.

 

2ème objectif du Millénaire : Assurer l'éducation primaire pour tous


"C'est l'éducation qui permet de choisir la vie que l'on mènera et de s'exprimer avec confiance dans ses relations personnelles, son milieu et son travail. Les 115 millions d'enfants d'âge à être scolarisés dans le primaire qui ne sont pas scolarisés se voient refuser l'exercice d'un droit fondamental. Il s'agit surtout d'enfants de familles pauvres, dont la mère, le plus souvent, n'a pas fréquenté l'école non plus.

Ce gaspillage de potentiels ne touche pas seulement les enfants car l'éducation, notamment celle des filles, comporte des avantages sociaux et économiques pour l'ensemble de la société. Une femme éduquée a de meilleures perspectives économiques et participe davantage à la vie publique. Si elle est mère, elle tend à avoir des enfants moins nombreux mais en meilleure santé, qui ont plus de chances d'aller à l'école.

Tous ces points positifs sont autant d'armes contre le cercle vicieux de la pauvreté. Cinq régions approchent de l'enseignement primaire universel. Mais pour qu'elles atteignent cet objectif, il faudra renforcer considérablement l'action entreprise en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et en Océanie. Dans ces régions et ailleurs, il faut aussi s'efforcer, tout en les scolarisant, de maintenir les enfants à l'école, surtout les plus difficiles à atteindre, et de leur donner une éducation de qualité.


D'ici à 2015, donner à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d'achever un cycle complet d'études primaires

Indicateurs

2.1 Taux net de scolarisation dans le primaire

2.2 Proportion d'écoliers commençant la première année d'études dans l'enseignement primaire et achevant la cinquième

2.3 Taux d'alphabétisation d' hommes et femmes de 15 à 24 ans" Source Unesco.org

 

 

more_up copie.jpg


 

Lire et écrire http://communaute-francaise.lire-et-ecrire.be/content/vie...

 

en marche vers une alphabétisation de qualité pour tous ? http://communaute-francaise.lire-et-ecrire.be/images/docu...

 

http://www.un.org/News/fr-press/docs/2009/SGSM12423.doc.htm Ban ki-Moon souligne l'importance de l'alphabétisation et invite les partenaires a fournir plus de ressources pour améliorer le taux dans le monde

 

Santé et maitrise de l'écrit : http://verdamilio.info/org/spip.php?article402




more_down copie.jpg