vendredi, 22 octobre 2010

Les projets présentés au 2ème CrisisCamp de Paris à la Cantine

Cette note détaille les projets présentés lors du CrisisCamp organisé à la Cantine le 1er octobre 2010. Tous ces projets utilisent les nouvelles technologies au service d'actions de solidarité.

Solidar'IT.net : http://solidar-it.net

solidarIT.jpg

Benoit et Giordano ont fondé leur projet sur l'idée de donner la parole aux citoyens-journalistes-artistes qui partent en quête des témoignages de ceux qui continuent de souffrir en Haïti.

giordano.jpg

 

Leur projet est autofinancé, mais si vous le souhaitez, vous pouvez soutenir les deux leurs réalisations en faisant un don sur la page qui leur est dédié sur Ulule, site de collecte de fonds.

Solidar'IT n'est pas un projet sur l'utilisation d'internet en situation d'urgence (l'objet des CrisisCamp). Toutefois, Giordano et Benoit travaillent sur l'utilisation d'outils multimédia par les Haitiens, sur des nouvelles formes d'écriture leur permettant de décrire leurs situations; ils documentent ainsi l'après crise (même si en fait Haiti est toujours en crise, celle-ci n'a fait que changer de forme) et le point de vue des Haitiens sur leur propre situation.

Nous retrouvons dans leurs reportages la coexistence de situations humaines tragiques avec des petites équipes de journalistes équipées du matériel minimum pour collecter des témoignages et donner de la valeur à la parole des oubliés.

Dans leur travail, Giordano et Benoit (qui se sont rencontrés au premier CrisisCamp organisé à Paris) ont reçu l'appui du réseau de
l'ONG Internews, qui travaille sur l'appui aux médias dans les pays en développement, également partie prennante des échanges lors de ces 2 CrisisCamp.


Ushahidi et le maptivism


Claire, responsable de la version française de Global Voices, a présenté l'outil de cartographie d'informations Ushahidi, ainsi que des exemples de maptivism.
Pour une présentation d'Ushahidi, regardez la vidéo du premier CrisisCamp ainsi que l'article sur la géolocation d'informations en temps de crise. Vous trouverez notamment des liens à la fin de cet article.


Le maptivism, qu'est ce que c'est ?


Le premier résultat de Google restitue l'article "5 inspiring examples for worldwide Maptivism" sur le blog crisscrossed, que je recommande à ceux qui lisent l'anglais.

Map + activisme = maptivism. Nous n'utiliserons pas cartivisme, mais le néologisme traduit bien l'idée.


Les cartes ont longtemps été des objets difficiles à manier, plutôt statiques car long, difficile et couteux à produire.

L'ère digitale et le réseau social changent la donne car les cartes deviennent "vivantes" car elles peuvent être alimentées par des utilisateurs pendant des courtes périodes de temps. Et un grand nombre de sujets liés à une information géographiques peuvent y être rendus visibles. Par exemple

  • Le site Eleitor 2010 permet aux électeurs brésiliens de signaler des irrégularités dans le processus électoral présidentiel brésilien.
  • Le site Dengue.crowdmap permet aux habitants de Capesterre à la Guadeloupe de signaler des foyers potentiels de diffusion de la dengue.
  • Ou encore, pour cartographier le suivi des élections en Egypte : U-shahid.org

 

eleitor 2010 bresil election carte.jpg

 

Le projet open street map

Toujours dans la veine cartographique, Gael nous a présenté
Open street map. Un projet open source de cartographie crowdsourcée.
Cela signifie que ce sont des volontaires qui renseignent la carte en se promenant avec des GPS et en remontant leurs données sur Open Street map. Ces données deviennent accessibles et (ré)utilisables par tous.

openstreet map cartographie geographie open source carte.jpg


Un wikipédia de la carte

Tous les internautes peuvent contribuer à la création et à la numérisation de cartes. Des éditeurs permettent de réaliser en ligne des cartes en se basant sur un fond d'image satellitaire mis à disposition par Yahoo!.

Cependant, ces images satellitaires ne couvrent pas en haute résolution l'ensemble du globe terrrestre. C'est pourquoi il est possible d'introduire des données provenant de récepteurs GPS. Il suffit de réaliser un itinéraire et de positionner le récepteur GPS en mode enregistrement, puis de le restituer sur le serveur de données d'OpenStreetMap situé au Royaume-Uni et géré par la Fondation OpenStreetMap.


Comme mentionné dans l'article
Le Crisiscamp, l'avénement du bénévolat 2.0, suite au tremblement de terre en Haiti, 700 personnes ont produit en 8 jours une carte détaillée de Port au Prince en mettant en commun leurs compétences pour traiter des données issues de photos aériennes, d'images satellites, de fonds cartographiques et d'informations issues du terrain.

Missing

Sarah nous a présenté le projet Missing développé par la Fondation Casques Rouges, un moteur de recherche des personnes disparues suite à une catastrophe. Le
projet n'a pas encore eu l'occasion de montrer son potentiel mais il devrait aider le partage d'information et la coordination de tous les acteurs qui interviennent sur la recherche de disparus.

L'idée de missing est de recourir à la bonne volonté des personnes équipés d'outils numériques pour les renseignements concernant les disparus et leur recherche. Pour une présentation détaillée, nous vous proposons cet article d'Aurélia du blog Influence Ethique : Missing :
quand l’innovation et le web 2.0 rencontrent l’action humanitaire

Sygmah


Olivier nous a présenté Sygmah, un logiciel développé par le
Groupe u.r.d. (urgence, réhabilitation et développement) un institut associatif de recherche, d'évaluation et de formation au service de l'action humanitaire et de la reconstruction après les crises.

Sygmah est un logiciel libre et gratuit de gestion de l’information opérationnelle des organisations de solidarité internationale. Après avoir travaillé pendant 2 ans sur les besoins de 10 ONG humanitaires.


Constatant que les ONG ne disposent pas de logiciels facilitant la gestion opérationnelle, l'association à développer un outil qui permet de :

  • Faciliter la gestion des contrats avec les bailleurs (suivi de projet et du contrat, génération de rapports en fonction des formats demandés par les bailleurs)
  • Suivre des indicateurs du projet
  • Centraliser des documents de projets et permettre de trouver facilement les derniers documents mis à jour
  • Gerer le calendriers et anticiper les demandes grâce à des alertes

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site web du projet Sigmah.

18:43 Publié dans Evénements solidaires | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alerte, haiti, projet, solidarite, webdocumentaire |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.